À PROPOS

Note d’intention

 

Création prévue en novembre 2024

L’essai de Roland Barthes, Fragments d’un discours amoureux et l’histoire personnelle des interprètes constituent le socle dramaturgique du spectacle en création.

Avec Gagnés par la Nuit, Sylvère Lamotte revient à une forme qui l’inspire particulièrement, le duo. Il destine ce projet au tout public à partir de l’adolescence, période particulièrement chargée sur la question du sentiment amoureux.
Cette nouvelle pièce prend comme point d’ancrage les Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes. Loin d’en être une transposition ou une illustration, Sylvère Lamotte attrape en plein vol l’appel à collaborer de Roland Barthes.

 

 

Gagnés par la Nuit, entend reprendre les codes du grand duo d’amour, forme éprouvée, quasi ancestrale de la danse. Impossible d’ignorer l’histoire étroite qui existe entre danse et amour. Les deux sujets amoureux évoluant sur une ligne de crête entre drame et légèreté. Véritables funambules, ils ne savent pas si leurs pas les rapprochent ou les éloignent un peu plus. Deux corps amoureux se présentent au plateau. L’espace est chargé de leur histoire. Le rayon de leur bras entrouvre le brouillard d’une extrême tendresse. L’attente, la rencontre, le déchirement, l’exaltation, l’ignorance, l’effleurement, la contrainte, le premier baiser… autant de figures et de variations emblématiques par lesquelles les interprètes au plateau s’essayeront.

Les premiers temps de recherche en studio et auprès de plusieurs classes de collégiens d’Echirolles confirment le vocabulaire qui sera déployé dans une grande physicalité. Les deux corps s’entrechoquent, se lient, se supportent, s’éprouvent et se jettent.
Le processus de création se construit autour d’un temps de travail à la table sur de multiples références (textes, poèmes, musiques, iconographie et films), une collaboration avec une metteuse en scène Nathalie Bensard, pour imaginer ensemble de multiples interactions avec le public, entre danse et prise de paroles. Ainsi que des temps en immersion dans les établissements scolaires au contact de collégiens et lycéens. Empruntant la pratique du collectage au théâtre, Sylvère Lamotte entend questionner ses premiers axes à leur vision de l’amour.

Chorégraphe Sylvère Lamotte
Danseurs Caroline Jaubert, Sylvère Lamotte
Scénographie et création lumières Jean-Philippe Borgogno
Musique Lucas Lelièvre

SYLVÈRE LAMOTTE

chorégraphe, interprète
member 1

Caroline Jaubert

Danseuse
member 1

DISTRIBUTION

SOUTIENS

La Maison/Nevers, Scène Conventionnée Art en territoire, Essonne Danse, La Rampe Scène Conventionnée Danse et Musique à Echirolles, l’Estive Scène Nationale de Foix et de l’Ariège, le réseau Escales Danse, Visages du Monde à Cergy,  le Centre d’Art et de Culture de Meudon, la Barbacane à Beynes, le New Dance studio à Brive-La Gaillarde.

Partenaires en cours le Théâtre d’Angoulême, le théâtre du Cormier à Cormeilles-en-Parisis.

La Cie Lamento est soutenue par la Direction Régionales des Affaires Culturelles Auvergne Rhône-Alpes, Ministère de la Culture et de la Communication, le département d’Isère et la ville de Grenoble.
Elle est en « résidence artistique en Isère » dans le cadre du dispositif triennal du département et de la communauté de communes des Balcons du Dauphiné.
Elle est également en résidence au sein d’Essonne Danse et associée à La Rampe-La Ponatière Echirolles, Scène conventionnée Art et Création danse et musiques.
Sylvère Lamotte est artiste associé à la Maison/Nevers, Scène conventionnée Art en territoire.

VIDÉO

TEASER

call to action

Besoin d’un renseignement, d’une information ?
next

Danser la faille